• Texts

    book

    "D'autres que moi écrivent comme ils parlent, moi j'écris comme je me tais."

    -Amin Maalouf

  • black and white

    https://www.youtube.com/watch?v=qN4ooNx77u0

    "La pire erreur à faire quand on est amoureux, c'est de garder espoir en la personne qu'on aime même quand il ne faudrait plus."

    J'attends, un message, un signe, un sourire, de ta part. Dès que je laisse libre cours à mes pensées, tout me ramène à toi. Uniquement toi. Et putain, j'arrive pas à t'oublier, t'es encré en moi. T'es partout sans être là. Je t'ai dans la peau et malgré tout, tu ne pars pas. Le soir, je pense à toi, à tes bras entourant mon corps frêle, à ton souffle chaud contre ma nuque. Le jour aussi, je pense à toi. Je te cherche, je t'attends. Je ne fais que ça. Et quand je te vois, quand tu me parles, mon cœur s'emporte, si vite que j'ai peur qu'il s'arrête. Alors, je vis simplement pour ces moments où je te vois. Que je garde précieusement en mémoire. Mais le temps me rattrape. Bientôt, tu disparaîtras à jamais, tu seras partout sans être là. Et mon sourire ne relèvera plus ma fossette sur ma joue gauche. La nuit, je rêve de toi, de toi et moi, de nous. Ensemble. De ce qui aurait pu y avoir entre nous. Au lieu de ce mur si grand que je n'en vois pas le bout. Si j'avais pas encore tout foiré. Je voulais pas en arriver là, j'ai pleuré trop de fois pour la même personne. C'est comme si je laisser la blessure se refermer, doucement, mais qu'à chaque fois, je grattais la croûte de ma cicatrice. Et le sang se répandait à nouveau, ainsi que la douleur, fulgurante. Faisant de cette petite blessure une énorme cicatrice. Visible et douloureuse. Jamais je ne pourrais oublier, même si je le souhaiterai du fond de mon cœur, cette petit chose que tu as tant abîmé. T'es en moi. T'es partout sans être là.

    -Lou

    grunge


    9 comments
  • girl

    "Ce qui m'énerve c'est que ton mal il est à l'intérieur, il est dans ton cœur et là on peut rien faire. Nous on peut t'aider physiquement, à te faire sourire, rigoler mais dans le fond tu seras toujours aussi détruite."

    Je t'ai regardé dans les yeux. J'ai cherché ton regard, l'étincelle qui y pétillait autrefois. J'ai cherché un peu de réconfort, en vain. Tu ne m'as même pas adressé un regard. Et ça, ça m'a blessé au plus profond de moi-même. Tu es arrivée à m'oublier du jour au lendemain mais pas moi. Tu difficilement oubliable.

    Tu es une fille mystérieuse. Une de ces filles qui cache milles et un secrets. Une de ces filles discrète mais qui dégage quelque chose. En fait non, tu n'es pas une de ces filles, tu es unique. Tu es mystérieusement intrigante. Mais personne n'ose venir vers toi, tu n'es pas ouverte au monde extérieur. Tu caches des millions de choses derrière ton sourire. Tu veux donner cette impression d'être heureuse mais ton rire sonne faux. Ce craquement dans ta voix qui annonce que tu vas pleurer, je l'entends. Je ne connais pas ta vie et les autres non plus, alors je sais qu'on n'a pas le droit de te juger. On ne peut te juger sans vraiment te connaître. C'est pour ça que les autres ne cherchent pas à te connaître. Tu es trop mystérieuse. Mais pas pour moi. Ils se contentent de ton sourire sans aller chercher derrière. Ils se contentent de l'image d'une fille épanouie car c'est toujours plus facile de parler avec des gens heureux, ça demande moins d'efforts. 

    Tu es une fleur qui reste fermé, pas inaccessible mais qui n'a pas encore montré sa beauté. Parce que oui, tu es comme une fleur, unique, qui ne s'est pas encore ouverte. Mais si tu t'ouvres, tout le monde voudra te cueillir. Tu es tellement belle. Les gens cueillent toujours les plus jolies fleurs. Alors c'est comme une protection, une enveloppe, tu caches ta beauté en te renferment sur toi-même. Tu affiches ce sourire impeccable aux lèvres car tu ne veux pas qu'on te pose trop de questions.  

    Mais moi je sais que tu es belle. Et putain j'aimerai tellement en voir un peu plus parce que tu es magnifiquement belle. Tu es une fille qui malgré ses souffrances, continue de vivre et d'ouvrir grand le cœur à qui sait y entrer. 

    Tu es mystérieuse et intrigante. Magnifique et extraordinaire. Fabuleuse et magique. Alors je vais te paraître égoïste mais c'est pas plus mal, j'aime t'avoir rien que pour moi, voir que quand tu t'ouvres, tu es putain de belle. Tu es unique. Précieuse. Tu es toi.

    -Lou

    clouds


    4 comments
  •  rain

     "Et si tu me demandes combien de fois t'as traversé mon esprit, je te répondrais une seule fois. Parce que t'y es venu, et t'en es jamais reparti."

    Ce soir, il pleut. Et mon cœur saigne. Il s'effrite, tombe en miettes. La pluie redouble, et l'eau s'accumule. Et moi, je suis dessous. Je touche ces millions de particules qui s'écrasent sur ma peau. L'eau dégouline le long de mon cou, elle descend dans mon dos et je frissonne. Ce soir, il pleut et j'ai froid. Terriblement froid. Tout me paraît si lointain, irréel. Tout s’intensifie, je sens les battements de mon cœur, irréguliers, mais présents. Je lève ma tête vers le ciel, les gouttes d'eau font couler mon mascara. Je veux être sous la pluie, elle cache toutes mes larmes qui coulent le long de mon visage, en silence. Je ne fais plus qu'une avec la pluie. Sous ce ciel voilé par les nuages, je pense à lui. Tout me fait penser à lui. Ce soir, il pleut et il me manque. Il a laissé un vide irremplaçable. Et un cœur en miettes. Mes yeux sont inondés de larmes salés, et elles coulent. Elle tracent leur route. Faisant de moi encore une de ses filles qui pleure pour un mec qui n'en a rien à foutre. Mon âme chemine, elle s'en va vers les étoiles. Loin, haut. Et moi, j'aimerai disparaître. Me transformer ou me consumer. Ce soir, il pleut et j'ai mal. Plus fort que d'habitude. Car je réalise enfin. Je l'aime et lui non. Il en a rien à foutre de moi. Je suis plus rien. Depuis longtemps. Et l'amour à un sens, ça fait mal. Très mal. J'aurai gravit des montagnes, affronté des tempêtes, j'aurai fait l'impossible, pour lui. Un être humain comme les autres. Mais, je ne veux plus rien faire, je veux cesser de l'aimer. Car à chaque fois que je le croise, à chaque fois que je le regarde, lui ne me vois pas. Je suis comme invisible. Je n'existe plus. Alors, tout ça ne rime plus à rien. J'ai honte, de pleurer pour quelqu'un qui s'en fiche. La pluie m'accompagne, elle redouble, et je me sens dans mon univers. Mon cœur bat faiblement, mon sourire est un vieux souvenir tout comme mon rire. Je ne veux plus de tout ça, je n'aime pas l'amour quand il est blessant. Beaucoup trop blessant. Alors, je m'assois à terre, et j'attends. Je ne sais pas quoi mais j'en ai marre. De tout et de rien en même temps.

    Ce soir, il pleut et je suis brisée.

    -Lou

    quote


    7 comments
  • girl

    "Je n'ai que moi à t'offrir, mes mains nues, mon cœur ivre d'étoiles et ma folie sans âge."

    J'étais allongée sur l'herbe fraîche, me chatouillant le dos. Contemplant le ciel et ses constellations, je sentis l'orage s'approcher. L'air étouffant de cette nuit d'été était presque insupportable. Je pouvais discerner, malgré la noirceur de la nuit, les nuages se rapprochant, poussées par quelques rafales de vent. Je ne savais pas comment accueillir cet orage, mettant du temps à se préparer, comme une rédemption ou bien comme un mauvais présage... La lune veillait sur moi, créant des ombres avec les arbres qui m'entouraient. Souvent, l'été, je venais admirer le ciel et ses merveilles, dans ce que j'appelais mon endroit secret. Et, parfois, je me disais que j'aurais aimé être comme une étoile, brillante et lointaine. J'aimais cette saison justement pour ces orages. Ils représentaient toutes ces choses qui s'accumulaient au quotidien et qui, au bout d'un moment, nous faisaient exploser en des millions de particules, qui étaient telles que la pluie. Encore dans mes rêveries, je ne sentis pas la première goutte s'écraser sur mon visage, ni la deuxième. Mais quand il plut enfin à torrent, je sentis toutes ces gouttes sur moi. Bizarrement, au milieu de cet orage, allongée sur cette herbe trempée, avec comme bruit de fond le tonnerre, grondant toute sa colère, je me sentis bien. A ma place. Un éclair foudroyant le ciel fit accélérer les battements de mon cœur, lui-même déchiré. Et à cet instant précis, je ne voulais être nulle part ailleurs.

    -Lou

     girl


    5 comments
  • https://www.youtube.com/watch?v=nfwWKCRth_A

    "Et un jour on rencontre une personne sans même le vouloir, puis elle devient notre plus belle histoire."

    On était allongées sous le ciel étoilé. Un silence régnait entre nous. Mais il n'était pas pesant. L'air frais s'infiltrait sous ma peau. Le temps était lourd, comme si un orage allait éclater. Un orage d'été. Je contemplais le ciel, remplit d'étoiles. Toi, je ne savais pas ce que tu regardais. Ni à quoi tu pensais. Tu semblais être loin. Très loin, de la réalité, de tout. Je me suis tournée vers toi. J'ai planté mes yeux dans les tiens. Et à cet instant précis, j'aurais voulu mettre toutes les étoiles du ciel dans tes pupilles. Un mince espace nous séparer. Notre poitrine se soulevait au rythme de notre respiration, saccadée par l'air chaud et pesant. J'ai cherché ta main dans le noir. J'avais envie d'avoir quelque chose à quoi me raccrocher, me sentir moins seule. Sentir ta peau contre la mienne. Dans le noir, j'ai attrapé ta main, tu t'es accrochée à mes doigts comme si j'allais te glisser d'entre les mains. Je t'ai adressé un faible sourire. Et j'ai fini par rompre ce silence lourd en émotions. Ma bouche s'est ouverte et les mots se sont envolés vers toi, j'ai dit tout ce que j'avais sur le cœur, tout ce que je pensais. J'ai parlé doucement, comme si j'avais peur de déranger la nuit calme et apaisante. Et voilà ce que je t'ai dit ce soir là, avec pour témoin la lune qui veillait sur nous.

    "Je sais que je suis pas facile à aimer. Que je suis insupportable. Que même mes compliments sonnent comme des reproches. Et parfois, j'ai l'impression d'être si loin de toi, d'être une inconnue à tes yeux. J'ai l'impression qu'à tes yeux, je suis pas importante. Mais, peu importe, là n'est pas le plus important. Ce que je veux te dire et que j'ai tant de mal à dire, c'est que tu es la moitié qui me manquait. Qu'on est l'opposé. Mais qu'on est fusionnelle. Avec toi, je me sens bien, merveilleusement bien. J'ai l'impression d'être chez un second chez moi. J'aime sentir ton souffle contre le creux dans mon oreille quand tu te confies à moi, j'aime voir ton sourire éclairer ton visage quand on rigole ensemble, j'aime entendre tes cris quand je t'énerve, j'aime parler avec toi des heures durant. Tu es le ying, je suis le yang. Et, sous ce ciel étoilé, en cette douce nuit d'été, je veux te dire que tu es incroyablement extraordinaire. Tu es indescriptible. C'est toi, et toi seule qui arrives à me faire rire quand je pleure. Et je me sens tellement nulle à tes côtés, toi qui ne montre rien de toi, qui restes impassible. Toi qui est si forte. Mais en même temps, je suis bien qu'à tes côtés. Je me sens comme en sécurité. Alors, je m'excuse, pour toutes les erreurs que j'ai faite et pour celles que je ferais. J'espère que tu réussiras à voir au-delà de ça. J'ai trouvé en toi une vrai force intérieure, quelque chose d'inébranlable. On a beau se disputer, je n'aime pas être fâchée contre toi. Je ne peux pas te résister, tu es si, imprévisible, merveilleuse, drôle, attachante. Et même si on ne pense pas pareil, et même si on a beau s’engueuler pour rien, tu restes celle qui me comprend le mieux et qui m'apporte le plus de réconfort. Alors, je voulais juste que tu saches en cette douce nuit d'été, que je t'aime. Pour ce que tu m'apportes. Pour ce que tu représentes pour moi. Tu es mon univers tout entier. Tu es l'étoile qui fait briller mes yeux. Tu es la personne qui étire mon sourire. Et je n'imagine pas ma vie sans toi. Ou alors, je garderai toujours un souvenir magique de toi. Tu es l'étincelle de ma vie. L'amour de ma vie mais en amitié. Mais je suppose que tout ça, tu le sais déjà. Ou du moins, je l'espère. Car même si je ne te montre pas tous les jours que je t'aime, je le pense si fort que ça en déborde. Tu es celle qui occupe la plus grande partie de mon cœur. Sans toi, il est si vide. Si triste, monotone. Tu comprendras par mes mots que tu m'es indispensable. Mon oxygène, mon cœur, mon souffle, ma vie entière."

    Et c'est sous cette nuit étoilée que j'ai fait le serment de t'aimer jusqu'à la fin de mes jours, malgré tout. 

    -Lou

    fire


    5 comments
  • "Personne n'est fait pour m'aimer."

    Je voulais juste qu'il me dise que j'étais belle. Pas pour tout le monde mais que pour lui, j'étais la plus belle. Je voulais juste qu'il me rassure et qu'il me dise que tout ira bien. Qu'on est fait pour être ensemble. Qu'il me serre fort contre lui en me chuchotant des mots d'amours. Je voulais juste me sentir bien contre lui. Je voulais juste qu'il comprenne mon cri de détresse et qu'il me dise qu'il avait compris, qu'il avait merdé. Je voulais juste qu'il me dise que c'était pas grave si j'avais un caractère de merde. Qu'il aimait tout chez moi, même mes pires défauts. Je voulais juste qu'il me dise qu'il m'aimait. Qu'il m'aime. Encore un peu. Parce que j'étais inoubliable. Mais je suis oubliable. Je voulais juste qu'il se rende compte que c'était une erreur de me laisser. Mais ça l'était pas. Je voulais juste qu'il arrête de faire couler mes larmes. Je voulais juste qu'il m'aime sans me faire souffrir. Qu'il me dise qu'il aimait quand je riais aux éclats à ses blagues nulles. Et que même si j'étais la pire des chieuses, il m'aimait. A en faire trembler la terre, à en faire tourner la tête, à en remuer les océans. Que j'étais tout pour lui et qu'il était rien sans moi. Que je lui manquait terriblement. Je voulais juste qu'il me dise que j'étais l'amour de sa vie et que plus jamais il me laisserai. Qu'il se rende compte que je l'aimait. Vraiment. Je voulais tout simplement qu'il m'aime pour ce que je suis. Mais à croire que je suis pas grand chose et difficilement aimable.

    -Lou


    7 comments


    Follow this section's article RSS flux
    Follow this section's comments RSS flux